Tania & ses coquineries

Il était une fois…

… une jeune fille prénommée Tania. De nature curieuse, elle avait à coeur de découvrir les mille et uns plaisirs du libertinage. Participer seule, sans son grand amour Marco, à une soirée coquine était, dans cette optique, une expérience qu’elle escomptait tenter.

Les 1ers pas dans le libertinage étant intimement lié à la rencontre avec Marco, coquiner seule était une étape importante et loin d’être anodine. Tania voulait savoir si elle pouvait assumer seule son rôle de libertine.

L’occasion se présenta quand Marco, pris par des obligations liées à sa fonction royale, ne fut pas disponible pour une soirée coquine.

Après délibérations au sommet, il fut convenu que Tania irait seule à cette soirée (sans Marco) mais accompagnée tout de même d’un preux chevalier recruté pour l’occasion et qui reçut moult instructions dudit Marco.

Tandis que le carrosse s’avançait en direction de la soirée coquine, Tania fit ses derniers préparatifs (petit rituel) en enfilant ses escarpins et en mettant une touche de rouge à lèvres.

Malgré une décontractation apparante, Tania était anxieuse. Elle se demandait si elle oserait, sans la présence de son prince, aller charmer d’autres couples. Non pas qu’elle doutait de son sens du contact mais c’était une configuration dans laquelle elle ne s’était jamais retrouvée. Elle était en quelque sorte vierge et vivait cette expérience comme un dépucelage.

Mais elle fut rapidement rassurée par le maître de lieu (un appartement parisien cossu), le maître de cérémonie ainsi que les 15 couples sexys à souhait qui arrivaient au fur et à mesure que les bouchons des bouteilles de champagne sautaient.

La conversation s’engagea avec plusieurs d’entre eux, charmants au demeurant. Puis vint ce moment pendant lequel la tension sexuelle est palpable : chacun balaye la pièce du regard et attend le 1er couple qui va lancer les hostilités. Pour Tania, ce moment est comme le lancement d’une soirée sur le dancefloor. Elle n’aime pas être la 1ère à fouler la piste de danse et préfère se mèler à la foule déjà dense.

Mais une fois n’est pas coutume, Tania suivit le valeureux chevalier l’accompagnant et abandonna son corps au plaisir, parmi les 2 couples déjà présents. Elle fut rapidement rejointe par 3 autres couples dont les femmes étaient trés réceptives aux caresses et baisers féminins. Et put subir les assauts de 2 jeunes hommes.

Mais voilà, Tania est une gourmande. Elle se délecte des femmes avec plaisir et leurs contacts l’excitent au plus haut point. Mais elle a aussi besoin de sexes masculins au garde à vous. L’absence d’hommes seuls généra donc chez Tania une frustration, qui allait heureusement être apaisée par les bonnes oeuvres de Marco.

Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’orgasmes.

9 octobre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Erotisme, Expériences bi, Libertinage | , , , , , | 6 commentaires

Premiers pas dans le libertinage

Je m’appelle Tania, j’ai 30 ans et je découvre le libertinage depuis un peu plus d’un an.

J’ai toujours été à l’aise avec mon corps, la nudité et le contact physique. Le sexe est pour moi une chose naturelle, je dirais même évidente, quand il y a un feeling, une osmose, une connexion. Parler de sexe ne me choque pas et je pense être ouverte (n’y voyez pas un jeu de mot coquin…) d’esprit , j’ai pour principe de ne juger personne : chacun est libre de ses choix, le plus important étant de les assumer. Prédispositions pour le libertinage ?

Ma première expérience libertine a eu lieu dans un club échangiste, avec David, dont je suis désormais la muse (j’aurais l’occasion de revenir sur ma relation avec David, sans laquelle je ne me serais pas aventurée dans le monde libertin). Je ressentais, je l’avoue, de l’appréhension face à l’inconnu (que va t-il se passer ?) et face au risque éventuel de perdre le contrôle (tous les hommes vont-ils me sauter dessus ?). Vais-je être gênée de voir tout le monde coucher avec tout le monde ? Alors que s’est-il passé ??

Et bien tout d’abord, ma peur d’être « happée » par des libertins « affamés » était totalement infondée, puisque libertiner signifie avant tout respecter les désirs et les limites des autres. Les invitations des libertins se font donc tout en finesse, par des regards et des mains qui effleurent. Et s’il n’y a pas de retour (pas d’intérêt), il n’y a pas d’insistance non plus. Ensuite, il faut le reconnaître, je n’ai pas du tout été choquée de voir des corps se mélanger, s’entrechoquer, entre caresses et mouvements plus sauvages. Bien au contraire, cette vision était terriblement excitante.

Le hasard de nos rencontres nous a amené à entrer dans l’intimité d’un autre jeune couple. De façon assez naturelle, sans que je me pose tant de questions finalement, j’ai réalisé un fantasme enfoui (et je pense partagé par beaucoup de femmes qui n’osent peut être pas se l’avouer) : faire l’amour avec une autre femme.

Cette première expérience bi m’a cependant laissé sur ma faim, car même si la douceur et la sensualité féminine étaient présentes, je n’ai pas vibré autant que ce que j’avais imaginé. Peut être parce que nous étions toutes deux débutantes et tâtonnantes.

Une soirée importante pour la jeune femme jusqu’à lors vierge de toute idée de libertinage que j’étais, qui a marqué le début des coquineries de Tania…

19 juin 2011 Posted by | Libertinage | , , , , , | 2 commentaires