Tania & ses coquineries

I wish you a Merry Christmas

Pour vous remercier de votre fidélité.
Joyeux Noël à toutes et à tous.

Chaussettes_Noël

Vitrail_Nantes

Publicités

25 décembre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Erotisme | , , , , , , , , | 5 commentaires

Sésame ouvre toi

L’un d’entre vous m’a posé la question suivante, que beaucoup se posent, j’imagine : comment avoir une 1ère approche du monde libertin peu connu et fermé ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre pourquoi ce monde est peu connu et paraît fermé. Et avec le recul, différents articles de mon blog apportent des éléments de réponse.

Le monde du libertinage est peu connu parce qu’il y a autant de formes de libertinage que de pratiques sexuelles => J’en perds mon jargon

Le monde du libertinage est peu connu parce que le libertinage n’est pas une notion figée et immuable, chacun est libre de libertiner comme il l’entend => Je libertine, tu libertines, nous libertinons

Le monde du libertinage paraît fermé parce que dans notre société bien pensante, les libertins sont perçus au mieux comme des bêtes curieuses, au pire comme des pervers. Séparer sa vie libertine de sa vie verticale est donc une nécessité pour la majorité des libertins qui ne veulent pas s’exposer aux jugements des autres. Ne pas parler de libertinage ne reflète donc une culture du secret mais une volonté de se protéger en vivant discrètement ses envies
=> Arrête de rougir, ce sont les choses de la vie
=> Si ma mère me voyait

Le monde du libertinage paraît fermé parce que libertiner est une question de rencontre, de feeling et d’envie. Une soirée au cahier des charges bien défini peut donc se dérouler d’une façon surprenante, en fonction des personnes présentes et de ses envies du moment.
=> Soirée coquine : ça démarre quand ?
=> On ne peut pas plaire à tout le monde
=> Souvent femme varie

Il y a évidemment des lieux dédiés au libertinage, je ne vous apprends rien => A la découverte des clubs échangistes

Je vous ai donné d’ailleurs des conseils pour une soirée en club réussie => Les 10 commandements pour une soirée pour une excursion réussie en club libertin

Mais pour découvrir le libertinage, il faut se lancer tout simplement. Il s’agit de la même démarche que pour un autre « monde » qui pourrait être inconnu, sauf qu’il s’agit de sexe : OSER franchir la porte de clubs libertins, OSER s’inscrire sur un site de rencontres coquines, OSER répondre à une annonce sur un site gratuit. Ensuite, au gré des rencontres, des recommandations, du bouche à oreille, on se fait son propre réseau, un cercle de libertins partageant nos pratiques et surtout notre vision du libertinage.

28 novembre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Erotisme, Libertinage | , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Du plaisir en veux-tu, en voilà

Quelles sensations me procurent le fait d’avoir plusieurs partenaires sexuels ? Je pensais la réponse à cette question très simple : Du plaisir, énormément de plaisir. Mais le plaisir n’est pas forcément là où on le croit.

Tout d’abord avoir plusieurs partenaires sexuels signifie être suffisamment sexy et bandante pour les attirer, tout en ayant le choix de dire oui ou non. Ce qui en soi procure du plaisir et cela incite à assumer et mettre en valeur sa féminité.

Lors de mes 1ères sorties libertines, j’étais plutôt gênée du regard plein de désirs que les hommes portaient sur moi (difficile à croire j’imagine). Mais j’ai appris à jouer avec le regard des hommes, en me mettant en scène. Le choix de mes tenues, des accessoires et le maquillage sont autant de détails auxquels je prête de plus en plus d’attention, pour leur plaire mais surtout me plaire.

Après ce rituel, évoluer au milieu de libertins est aussi un plaisir en soi : dans les soirées libertines, chacun est libre et peut se laisser aller (ou non) sans jugement. Un espace de liberté que chacun maîtrise entièrement, une chose rare dans une société calibrée et codifiée.

Une autre sensation que je ressens en libertinant est la satisfaction de donner du plaisir et de pousser à la jouissance. Voir le sperme jaillir par le trop plein d’excitation de ces messieurs est flatteur. C’est quelque chose que j’apprécie de plus en plus. Et un de mes fantasmes encore non réalisés est de faire jouir une femme avec ma langue.

Tous ces éléments contribuent à ressentir une certaine euphorie et la sensation d’être vivante. Les lendemains de soirées et la vie verticale peuvent paraître bien fades en comparaison. Tout comme il est fort possible qu’un jour, les partenaires se fassent plus désirer.

Qu’importe, advienne que pourra. Pour reprendre les paroles de Beyoncé (grande philosophe n’est ce pas ?!) : It could be a sweet dream or a beautiful nightmare, either way I don’t wanna wake up from it.

13 novembre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Erotisme, Fantasmes, Libertinage | , , , , , , , , , , | Un commentaire

Soirée coquine : ça démarre quand ?

En matière de plan coquin, il y a trois écoles : les soirées en club échangistes, les après midi en sauna libertin, les soirées privées.

Les soirées en clubs échangistes sont idéales pour des libertins débutants. Parce qu’ils allient le côté festif (pistes de danse) avec la possibilité (éventuelle) de coquiner. Ces soirées sont ouvertes aux couples et parfois aux hommes seuls (qui paient un bras pour pouvoir rentrer).

Les après midi en sauna libertin sont plus recherchés par des libertins exhibitionnistes aimant les contacts directs. L’absence de vêtements minimisant l’aspect séduction.

En ce qui concerne les soirées privées, elles se déroulent chez des libertins pouvant recevoir ou louant des clubs ou apparts pour y organiser des soirées. Il s’agit généralement de soirées multi-couples.

Les débuts de soirée privée sont toujours des moments mémorables.

Le lieu a un impact important sur le déroulement d’une soirée privée : Le port de talons de 12 est-il aisé ? Où sont les coins câlins par rapport à la pièce principale ? L’ambiance des coins câlins est-elle intime (de par la configuration et/ou la décoration) sans compliquer la circulation et les mouvements ?

Après la découverte des lieux vient la découverte des autres libertins. Il y a toujours ceux qui annulent au dernier moment et ceux qui sont (très en retard). L’équilibre de la soirée peut être alors délicat, si par exemple il y a trop d’hommes seuls par rapport au nombre de couples.

Se pose ensuite la question du feeling. L’objectif n’est pas de se faire des amis mais d’avoir un minimum d’attirance et de partager un état d’esprit commun pour avoir envie de coquiner ensemble.

Viens alors le lancement de la soirée coquine à proprement parler. Ce moment où après avoir bu quelques coupes de champagne, échangés les pseudos net échangisme et partagé des expériences cocasses de libertinage, il faut passer à la partie horizontale.

Il y a plusieurs cas de figure :
1/ Les gens se plaisent et sont dans le même état d’esprit. Échange de regard équivoques => Qui va se lancer le 1er ? Tension sexuelle
2/ Un ou plusieurs détails clochent mais on sent qu’il y a du potentiel => Combien de temps va t-on s’observer avant de se lancer ? Tension psychologique
3/ Pas de feeling avec les autres libertins => comment va t-on pouvoir prendre ses jambes à son cou sans froisser ni l’organisateur ni les autres libertins ? Tension tout court

Mais lorsque les soirées privées sont réussies, celles à la fin desquelles on cherche ses sous-vêtements et on finit par reprendre une coupe de champagne nue tout en continuant à se caresser et s’embrasser, elles laissent un souvenir doux et sensuel. Je vous raconterai une de ces soirées, hold the line.

3 novembre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Fantasmes, Libertinage | , , , , , | Un commentaire

Où sont les hommes ?!

Tout a commencé aux Chandelles, lors d’un après midi coquin. Au détour des salons, dans une ambiance boudoir que j’aime, volupteuse et raffinée, nous sommes tombés Marco et moi sur une femme chevauchant son compagnon (qui lui était allongé sur le dos) tout en suçant les queues qui s’offraient à elle.

J’ai trouvé le concept intéressant (lol) et j’ai encouragé Marco à en profiter. Il hésita quelques secondes, se demandant si la jeune femme n’avait pas eu son compte de bites, puis se laissa convaincre (rapidement quand même, il faut préciser).

Voir la queue de mon homme gobé par la bouche de cette femme, voir cette femme engloutir la bite de mon homme tout en le branlant était terriblement excitant.

Pour optimiser le plaisir de Marco (et le mien à le voir en prendre), je me suis placée à côté de lui pour lui caresser les couilles (chose qu’il adore).

Je caressais les cheveux de la jeune femme de mon autre main.

Stimulé ainsi, Marco ne mît pas longtemps à gicler. La jeune femme le pompa littéralement et avala toute sa semence.

Ce « trio » a eu pour conséquence de m’exciter comme jamais. Ma chatte était trempée et prête à accueillir tous les sexes en érection se présentant.

Plusieurs hommes avaient observé avec attention la scène qui venait de se dérouler, l’un d’entre eux m’ayant caressé les seins en même temps.

Je me suis donc tourné vers eux, espérant trouver queue à ma chatte. Mais tous étaient, à mon grand désarroi, comme Marco ; vidés. Aussi surprenant que cela puisse paraître (nous étions dans un club échangiste, entourés d’hommes seuls), aucun homme n’était opérationnel, absolument aucun.

C’est donc une immense frustration qui a envahi ma tête et mon corps, frustration qui s’est transformée en colère contre la gente masculine. Pourquoi n’y a t il aucun homme en érection dans la salle pour me satisfaire ?!

8 mars 2012 Posted by | Ambiances coquines, Fantasmes, Libertinage | , , , , , , , , | 5 commentaires

1, 2, 3… Chandelles

Je dois l’avouer, c’est ma 1ère sortie en club échangiste, depuis que  j’ai « juré fidélité » à Marco en août. Il était temps de remettre le pied à l’étrier…

Marco et moi avons choisi d’aller aux Chandelles, club chic situé dans le 1er arrondissement, pour un after coquin ouvert aux couples mais aussi aux hommes seuls et femmes seules. J’y ai retrouvé l’ambiance feutrée et la déco glamour que j’aime tant.

Nous avons commencé par prendre un verre au bar. Quand Marco me laissa seule quelques instants (pause technique), je me rendis compte que remettre le pied à l’étrier provoquait chez moi, comment dire, une certaine timidité. Alors qu’on ne peut pas dire que j’en sois à mon galop d’ essai en terme de club échangiste, n’est ce pas ? J’ai un côté fleur bleue parfois,  que voulez-vous…

Marco revenu, nous avons sympathisé avec Sébastien, près du bar, qui s’est avéré un amant très agréable par la suite. Nous avions choisi de coquiner dans la petite alcôve du club, une petite pièce de 5 m² dont les murs ont la particularité d’être recouverts de miroirs.  Sébastien, en plus d’être bien monté, avait un coup de bassin original et profond, fort appréciable…

Sur ma demande, Marco invita Léo à se joindre à nous dans l’alcôve. Léo aimait lécher, je ne tardais pas à m’en rendre compte, pour mon grand plaisir, pendant que les mains de Marco et Sébastien couraient sur mon corps.

Sébastien nous laissa dans l’alcôve et un autre habitué du club se proposa alors de venir en renfort, ce que je ne pouvais décemment pas refuser. Jamais 2 sans 3, comme le dit le dicton… Et la coquinerie se termina sur les commentaires admiratifs de ces messieurs sur ma croupe et mes seins.

11 décembre 2011 Posted by | Ambiances coquines, Libertinage, Pluralité | , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Gang bang improvisé – Part I

En matière de sexe, j’aime l’imprévu, quand les choses se déroulent naturellement, spontanément sans planification. Prévoir les choses enlève, de mon point de vue, une part d’excitation.

Plantons le décor. La soirée se passait à l’Overside, mon club échangiste Parisien fétiche. Il s’agissait d’une soirée trio. Le début de soirée était réservé aux couples puis à partir d’une certaine heure, l’entrée était ouverte aux hommes seuls, dont le nombre était restreint par rapport au nombre de couples présents.

Mon homme (Marco) et moi nous étions paré de belles tenues (j’aime soigner mes tenues quand on sort en club échangiste). Je portais une robe noire moulante avec des découpes façon tigresse sur le côté et fraîchement achetée dans un sex shop (dans les magasins traditionnels de fringues, l’offre de robes sexys est désespérement pauvre).

A l’Overside nous croisons systématiquement des « habitués ». Des couples et/ou hommes seuls qui semblent être de toutes les soirées. Parmi eux, ce soir là, un homme seul âgé de 50/55 ans mais non dénué de charme, cheveux mi longs gris et corps très bien « conservé », que nous croisions pour la 2ième ou 3ième fois. Je sentais que Julio (je l’appellerai ainsi) et moi finirions dans le même lit, sur un malentendu ou par pur hasard.

Après quelques déhanchés sur la piste de danse, Marco et moi nous sommes lancés dans un câlin à deux dans le lit à barreaux, sûrs d’être rejoints par d’autres libertins. Ce qui n’a pas manqué. Un couple s’est joint à nous et je n’ai pas manqué l’occasion de m’amuser avec la jeune femme blonde, très réceptive : baisers, caresses, léchage des seins, doigts… J ai adoré ce moment, qui était vraiment trop court à mon goût et que j’aurais prolongé volontiers, en tête à tête avec ma compagne de jeu.

Une telle animation ne pouvait qu’attirer du monde autour du lit à barreaux, qui s’est vite retrouvé entouré de couples et hommes seuls curieux. Excitée comme tout, j’escomptais bien me faire attraper vigoureusement et Marco ayant grillé ses petits soldats, il prospectait parmi les hommes présents. Deux hommes m’ont prise en levrette, mais dans l’excitation ambiante, ont giclé trop rapidement à mon goût. Et ensuite, plus aucun homme présent n’était opérationnel, à mon grand dam. Je suis donc restée sur ma faim après cette mise en bouche.

Et après une petite pause près de la piste de danse et une coupe de Champagne lovée dans les bras de Marco, j’ai réclamé de repartir faire un tour dans les coins câlins.

To be continued…

1 août 2011 Posted by | Libertinage, Pluralité | , , , , , , , | 7 commentaires

Je libertine, tu libertines, nous libertinons

Peut-on dire qu’il existe une définition stricte et universelle du libertinage ? Je ne pense pas, je dirais même que c’est à chacun de se faire sa propre définition du libertinage.

Pour ma part, je libertine parce que j’aime la volupté et l’enivrement des sens, dans un état d’esprit de respect mutuel (qui va au-delà des mots et se ressent dans l’attitude) et de recherche du plaisir de l’autre (A mon sens, un libertin doit aimer autant donner du plaisir qu’en recevoir).

Pour autant, je ne considère pas la recherche de jouissance physique comme une fin en soi. Le plaisir le plus agréable que je prends est intellectuel, lorsque je perçois celui de mon homme. Le contexte (c’est-à-dire la forme) est aussi pour moi très important (même si sur le fond, je pense qu’on peut avoir un franc parler et appeler un chat un chat) : l’ambiance glamour, le jeu de séduction, l’apparat ; la mise en scène. D’autre
part, les instants coquins sont des moments de relâchement du corps et de l’esprit : Se laisser aller au plaisir, dans toutes ces dimensions, dans les seules limites que l’on a choisi de se fixer.

Il y a des périodes, plus ou moins longues, où je n’ai pas envie de libertiner (et oui, même si le récit de mes aventures laisse à penser que je ne me laisse pas une seconde de répit !!). Parce que le désir féminin est plus inconstant que le désir masculin, reconnaissons le (être libertine ne signifie pas être nymphomane). Et parce que ma sexualité n’est pas basée sur le libertinage. Me retrouver dans un corps à corps à la fois sensuel, tendre et sauvage avec mon homme reste mon leitmotiv.

Il arrive également qu’un plan coquin soit écourté parce qu’il est « parasité » par des personnes dont l’état d’esprit ne me convient pas (état d’esprit qui se ressent dans l’attitude et le regard). La présence de « crevards » en particulier est rédhibitoire : hommes qui veulent profiter des plans privés ou de leurs sorties en club pour baiser des gonzesses et se vider les couilles. Tout comme avoir l’impression d’être obligée de coucher produit strictement l’effet inverse.

Je libertine quand je veux, avec qui je veux et comme je veux.

29 juin 2011 Posted by | Libertinage | , , , , | Laisser un commentaire

Les 10 commandements pour une excursion réussie en club libertin

1/ Le thème de la soirée tu vérifieras.

En fonction des jours, les clubs sont ouverts soit aux couples uniquement ou aux
couples et hommes seuls.

2/ Sur la politique tarifaire tu te renseigneras.

Les prix d’entrée varient d’un club à l’autre et d’une soirée à l’autre, dans un même club.

3/ Tes sous vêtements tu soigneras.

Je ne saurai que trop vous conseiller de privilégier les bas aux collants et de
les assortir au soutien gorge et string (ou de choisir le cas échéant des couleurs harmonieuses).

4/ Une tenue sexy et qui te correspond tu choisiras.

Choisir une tenue sexy coule de source. Se sentir est à l’aise dans sa tenue, qui correspond à son style et son envie, est indispensable. Pas de surenchère dans sa tenue dans un esprit de compétition : si tu es gênée par ta tenue (tenue trop transparente ou trop moulante à ton goût), tu ne seras pas sexy. Provocante ou coquine, il faut être soi tout simplement.

5/ Une tenue pratique tu préféreras.

Partir en excursion en club libertin signifie potentiellement se déshabiller à un moment de la soirée. Choisir une tenue facile à enlever et à enfiler est donc un détail qui a son importance.

6/ De chaussures confortables tu t’équiperas.

Prévoir une paire de ballerines, en plus des chaussures à hauts talons, pour celles qui
comme moi aiment prendre de la hauteur mais ont vite mal aux pieds et apprécient d’être à plat. Pour tout avouer, j’ai pris le parti de me déplacer en ballerines et de n’enfiler mes talons hauts qu’à l’approche immédiate du club pour ménager mes pieds avant d’onduler sur le dancefloor.

7/ Pour un maquillage adapté tu opteras.

Souligner le regard avec un maquillage waterproof et suffisamment soutenu pour ressortir dans des ambiances tamisées et résister à des petits coups de chaleur…

8/ Mettre en valeur ta bouche tu n’oublieras pas.

S’il y a bien un endroit où l’on peut oser le rouge à lèvres rouge vif, c’est bien
dans un club libertin, non ?

9/ Pour l’hygiène et la propreté tu ne t’inquiéteras pas.

Les clubs libertins sont à cheval sur l’hygiène, sont équipés de douches et mettent
à disposition serviettes propres, déodorants et autres produits de toilette.

10/ Aux codes du libertinage tu penseras

Les libertins sont avant tout des personnes respectueuses des désirs et limites des
autres. Une invitation à coquiner sera donc faite de façon simple et subtile (une main qui en effleure une autre, un regard soutenu), le libertin n’insistant pas s’il n’y a pas de réponse ou de réaction. Dans le feu de l’action, le libertin aime regarder mais ne participe pas s’il n’y a pas été invité. Il peut se laisser aller à des caresses, mais si celles-ci gênent, il suffit de repousser gentiment sa main. La liberté des uns finit là où commence celle des autres.

20 juin 2011 Posted by | Libertinage | , , , , , , | 2 commentaires

Premiers pas dans le libertinage

Je m’appelle Tania, j’ai 30 ans et je découvre le libertinage depuis un peu plus d’un an.

J’ai toujours été à l’aise avec mon corps, la nudité et le contact physique. Le sexe est pour moi une chose naturelle, je dirais même évidente, quand il y a un feeling, une osmose, une connexion. Parler de sexe ne me choque pas et je pense être ouverte (n’y voyez pas un jeu de mot coquin…) d’esprit , j’ai pour principe de ne juger personne : chacun est libre de ses choix, le plus important étant de les assumer. Prédispositions pour le libertinage ?

Ma première expérience libertine a eu lieu dans un club échangiste, avec David, dont je suis désormais la muse (j’aurais l’occasion de revenir sur ma relation avec David, sans laquelle je ne me serais pas aventurée dans le monde libertin). Je ressentais, je l’avoue, de l’appréhension face à l’inconnu (que va t-il se passer ?) et face au risque éventuel de perdre le contrôle (tous les hommes vont-ils me sauter dessus ?). Vais-je être gênée de voir tout le monde coucher avec tout le monde ? Alors que s’est-il passé ??

Et bien tout d’abord, ma peur d’être « happée » par des libertins « affamés » était totalement infondée, puisque libertiner signifie avant tout respecter les désirs et les limites des autres. Les invitations des libertins se font donc tout en finesse, par des regards et des mains qui effleurent. Et s’il n’y a pas de retour (pas d’intérêt), il n’y a pas d’insistance non plus. Ensuite, il faut le reconnaître, je n’ai pas du tout été choquée de voir des corps se mélanger, s’entrechoquer, entre caresses et mouvements plus sauvages. Bien au contraire, cette vision était terriblement excitante.

Le hasard de nos rencontres nous a amené à entrer dans l’intimité d’un autre jeune couple. De façon assez naturelle, sans que je me pose tant de questions finalement, j’ai réalisé un fantasme enfoui (et je pense partagé par beaucoup de femmes qui n’osent peut être pas se l’avouer) : faire l’amour avec une autre femme.

Cette première expérience bi m’a cependant laissé sur ma faim, car même si la douceur et la sensualité féminine étaient présentes, je n’ai pas vibré autant que ce que j’avais imaginé. Peut être parce que nous étions toutes deux débutantes et tâtonnantes.

Une soirée importante pour la jeune femme jusqu’à lors vierge de toute idée de libertinage que j’étais, qui a marqué le début des coquineries de Tania…

19 juin 2011 Posted by | Libertinage | , , , , , | 2 commentaires