Tania & ses coquineries

Bukkake toi même

Mon histoire avec le sperme est une histoire d’amour « je t’aime, moi non plus ». Nous avons des hauts et des bas, mais nous ne pouvons nous passer l’un de l’autre.

Avant de rencontrer Marco, je n’avais jamais goûté au sperme. Mon ex avait pourtant souvent essayé de me faire goûter le sien, en vain. Le sperme ne m’attirait pas du tout, bien au contraire.

Aujourd’hui, j’apprends à aimer le sperme, doucement mais sûrement. Entre le dégoût que je ressentais au début face à cette substance étrangement chaude et visqueuse,  et le plaisir que j’éprouve maintenant quand il glisse et coule sur mon corps, il y a déjà eu un grand pas.

J’ai fini par y goûter, j’ai fini par avaler. Est ce que j’ai aimé ? Pas vraiment. Mais je ne voulais pas mourir idiote et je voulais aussi faire plaisir à mon homme (plaisir ultime pour un homme n’est ce pas ?!). Constat (comme toutes celles qui sont passées par là) : en fonction de ce que l’homme mange, le sperme n’a pas du tout le même goût, une pointe d’acidité parfois. Et d’un homme à l’autre, le sperme n’a pas la même texture : plus ou moins liquide.

Je n’avale pas très souvent (step by step, oh la la) parce que je n’y prends pas suffisamment de plaisir. Et j’avoue que je reste encore un peu perplexe face aux filles qui ADORENT avaler (un peu comme celles que j’ai pu voir se rouler par terre de plaisir après une sodomie d’ailleurs).

Force est de constater cependant qu’une partie du plaisir que je prends à recevoir du sperme est psychologique : l’idée que je suis à l’origine de l’éjaculation masculine, que je réussis à faire gicler un homme est terriblement jouissive. C’en est devenu une (petite) fierté. Est ce que les femmes réclamant le sperme ressentent la même chose ? Ou est ce qu’elles aiment avaler le sperme comme elles aiment avaler certains aliments ? Il faudra que je trouve l’occasion d’aborder ce sujet quand j’en croiserai une.

Une expérience à vivre également (j’en ai de plus en plus envie) : un gros bukkake. Pour celle et ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un gang bang se terminant par une douche de sperme. Qui dit gang bang dit grand nombre de participants. Car même si j’ai déjà été arrosée par quatre ou cinq hommes, l’être par 10/15 hommes est un autre cap à franchir. Mais un jour, je serai prête, oui je serai prête…

Publicités

19 mai 2013 Posted by | Fantasmes, Libertinage, Pluralité, Pratiques sexuelles | , , , , , , , , , , | 3 commentaires

Taille & compagnie

Quel est le centre du monde pour un homme ? Son sexe. Il le veut grand, long mais surtout plus grand et plus long que celui des autres. Question de virilité et d’orgueil, n’est ce pas ?!

Pour ma part, chaque fois qu’un homme baisse son pantalon, c’est une nouvelle rencontre. Et plus qu’une grande taille, j’aime les bites bien proportionnées et droites. Plutôt que prôner l’hystérie devant des engins impressionnants, je suis partisane du juste équilibre. La seule chose sur laquelle je suis intransigeante est la qualité de l’érection.

Un autre aspect important à mes yeux est le côté appétissant de la bite. Une bite appétissante me donne envie de faire une pipe soigneuse et travaillée, avec des mouvements plutôt lents avec ma bouche, tout en branlant et en alternant avec des coups de langue et des baisers. Parce qu’une bite appétissante mérite d’être dégustée et, parfois, son sperme délicieusement avalé.

Quand à la question de la pénétration, cela peut paraître cliché mais non, la longueur ne fait pas tout. Le plaisir, en tous cas le mien, est dépendant de nombreux facteurs tels le périmètre de la bite, la fluidité dans les mouvements de rein, la capacité à alterner douceur, profondeur et rythme, la façon d’agripper mes hanches (sensuellement mais fermement), les mots utilisés.

Depuis maintenant 2 ans que je libertine, j’ai pu expérimenter plus de bites que depuis le début de ma vie sexuelle en général. Et il m’est arrivé de trouver le temps long parce que, malgré une taille certainement jugée grande, l’homme bougeait mal et se contentait de balancer son bassin au petit bonheur la chance. À l’inverse, d’autres jugés peut être moins bien lotis en terme de taille, me parlaient littéralement avec leurs coups de rein.

Alors quand je vois des hommes sportifs, avec des corps bien entretenus, je ne peux m’empêcher de penser qu’en plus de l’aspect esthétique, ils maîtrisent suffisamment leurs corps pour dialoguer avec le mien. Ceci étant une intuition et non une évidence. Sachant également, que la majorité de mes amants, sans être des body builders, ont su me faire passer des moments coquins fort agréables.

Indépendamment de l’aspect sportif et de la taille de l’engin, le plus jouissif pour moi est un partenaire réceptif et attentif, qui s’adapte instinctivement à mes envies et est capable de jouer plusieurs partitions et de me surprendre pour un concert de plaisir partagé.

Homme, lève la tête, arrête de regarder ta bite et concentre toi sur le plaisir de ta partenaire.

18 novembre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Erotisme, Libertinage, Pluralité | , , , , , , , , | 2 commentaires

Sexe, frivolité et luxure

Il est des soirées qui laissent plus que d’autres un souvenir de sensualité, de luxure et de plaisir intense.

Celle que je vais vous raconter s’est déroulée il y a une semaine et m’émoustille encore aujourd’hui.

Plantons le décor : un bel immeuble haussmannien dans lequel se cache le boudoir, un appartement entièrement refait à neuf par un couple de libertins et aménagé pour accueillir des soirées coquines. Un mini club libertin fait selon leur vision du libertinage : porno-chic.

Dans la 1ère pièce, se trouve un bar immense avec des néons colorés. On peut ensuite découvrir un salon avec cheminée faisant face à un grand lit à colonnes romaines. Dans la dernière pièce de l’appartement, un deuxième lit séparé par des colonnes romaines d’une douche à l’italienne (entièrement ouverte) avec néon intégré dans la pomme de douche pluie.

Dans tout l’appartement, du mobilier rococo, des couleurs chaudes et des bougies et une ambiance tamisée, glamour, telle que nous l’apprécions Marco et moi.

Dans cet écrin, nos hôtes, un couple de libertins sexys et accueillants, avaient imaginé un scénario : les couples étaient attendus en début de soirée, pour partager une coupe de champagne. Les hommes seuls, 1 heure plus tard. A leur arrivée, les femmes seraient invitées à se retirer dans le salon et à bander leurs yeux. Les hommes devaient alors entrer en silence et choisir leur compagne de jeu.

Je me retrouvais donc les yeux bandés, le coeur battant la chamade, à attendre l’homme qui me choisirait. Après quelques rires féminins traduisant la tension sexuelle augmentant, le silence régna dans la pièce.

Lorsque des doigts se posèrent sur mon décolleté, un frisson de plaisir parcourut mon corps. Avoir les yeux bandés décuplent les sensations…
Je caressais cette main, curieuse de savoir s’il s’agissait de Marco. Mais aucun doute possible, ce n’était pas lui.

Les doigts du libertin qui m’avait choisi glissèrent sur mes épaules, dans ma nuque pour venir de glisser dans mon décolleté dans lequel il pût attraper et caresser mes seins à pleine main. Ses doigts glissèrent ensuite entre mes cuisses, pour m’inviter à écarter les jambes. De délicieuses et excitantes sensations.

J’entendais des gloussements étouffés qui ne tardèrent pas se transformer en cris de plaisir. Ce qui gênerera de la frustration : à quand mon tour ?

Je perçus ensuite la présence d’un autre homme, dont je reconnus le souffle, Marco. Lorsqu’il posa ses mains sur moi, cela finit de me convaincre que c’était bien lui.

Marco me prit la main pour m’inviter à me lever. Je me laissais guider jusqu’au lit à colonnes et m’y allongeais sur le dos, pour pouvoir prendre en bouche les sexes que l’on me tendait. Le bandeau se défaisant au fur et à mesure, je finis par découvrir le visage du libertin qui m’avait choisi, le maître de maison.

Après avoir coquiné tous les 3, nous sommes repassés côté bar pour une petite collation, où je pus faire la connaissance des hommes seuls conviés. Des blacks bien bâtis et bien montés, le petit plaisir de la maîtresse de maison. Ma chatte et moi nous sentions toutes petites, devant ces corps virils…

De jeux de mots en jeux de regard, un 2ième round démarra, avec deux compagnons de jeu, en plus de mon homme. Ces messieurs furent trés attentifs à mon plaisir et donnèrent à leurs coups de bassins le rythme dont j’avais envie. Une fois n’est pas coutume, l’un d’entre eux éjacula dans ma bouche et, par goût de la nouveauté, je l’avalais avant d’en faire de même avec Marco. Le 3ième éjacula sur mon ventre, sur ma demande.

Je pus admirer leurs corps musclés sous la douche à néon (ce qui rendit Marco un peu jaloux d’ailleurs), depuis le lit à baldaquins où j’étais allongée, repue.

Une soirée mémorable avec de vrais amoureux du sexe et du plaisir partagé, dans un cadre exceptionnel.

Ras_cou

11 novembre 2012 Posted by | Ambiances coquines, Erotisme, Fantasmes, Libertinage, Pluralité | , , , , , , , , , , | 2 commentaires